Il faut croire que ce slogan ne s'applique pas à tout le monde. Il semblerait que les enfants n'ayant pas un QI normal ne valent pas la peine qu'on investisse dans des séances de logopédie*... L'acquisition du langage est un luxe superflu pour un enfant handicapé ! Peut-être n'ont-ils pas le droit à la parole ? Peut-être vaut-il mieux les laisser dans leur silence ?

J'aimerais tellement le comprendre quand il répète plusieurs fois les mêmes syllabes sur un ton interrogatif. Et je me dis que ça doit être encore plus frustrant pour lui qui aime le contact... Il suffit de s'imaginer dans un pays dont on ne connait pas la langue.

Et puis, comment progresser dans les apprentissages sans pouvoir structurer sa pensée par les mots ?

Je ne sais pas pourquoi, j'avais quand même ce vague espoir que Luca soit jugé digne de bénéficier d'une prise en charge. Dieu que j'étais naïve... Mon ti soleil fatigué n'a pas réussi les tests. En fait, il ne les a même pas tous passés. Sensé rester attentif durant une heure dans une pièce minuscule, surchauffée et sans fenêtre en compagnie de 2 dames qu'il ne connaissait pas en pleine heure de midi, Luca a très vite saturé et il ne s'est pas écoulé plus de 30 minutes avant que je ne sois rappelée.

Pourtant, il nous prouve tous les jours qu’il le vaut bien ! Il commence même à faire des petites phrases (L'est où a lune ? / Elle est où la lune ? - E veu zou ! / Je veux un bisou ! - Maman, edate ! a vu ? / Maman regarde ! Tu as vu ?) et prend beaucoup de plaisir à répéter ce qu'on lui dit. Alors remboursées ou pas, il les aura ses séances de logopédie !

Luca

______________________________________
* En Belgique, pour bénéficier du remboursement mutuel des séances de logopédie (équivalent à l'orthophonie en France), il faut prouver que l’enfant a un QI « normal » (86 au moins).