blog

2ème journée d’évaluation au ChB (qui a finalement trouvé les subsides pour tenir au moins une année supplémentaire),  il est probable que Luca soit accepté.

Simon : « Maman, Luca a les larmes aux yeux, je crois qu’il n’a pas envie d’aller au ChB »
Moi : « Tu sais Simon, Luca oublie parfois de cligner des yeux et quand ils sont un peu trop secs, ils s’humidifient. »

Mais les larmes débordent et coulent doucement sur les joues de mon petit soleil. J’essaie de lui parler, il reste silencieux.

Quand j’arrive au centre de stimulation, je lui lance sur un ton que je veux le plus joyeux possible : « Alors, on va au ChB ? ». « Non » me répond-il tout bas.
Il sonne néanmoins à la porte mais lorsqu’on vient ouvrir, la repousse énergiquement. Je crois percevoir qu'il tremble (mais je me fais peut-être un film ???). Il se décide finalement à entrer. Je lui enlève sa veste, lui met ses chaussures de gym. Il rejoint ensuite de lui-même le petit groupe d’enfants déjà présents, se retourne vers moi et me regarde lui faire signe au-revoir, un petit air triste sur le visage...

C’est cette image que j’emporte avec moi.

Le centre est pourtant très agréable, les intervenants m’ont fait une bonne impression. Alors pourquoi Luca qui n’a habituellement aucune difficulté d’adaptation semble-t-il perturbé ? Trop de stimulation ? Je ne pense pas ; il prend beaucoup de plaisir lors de ses séances de kiné.   

Je le revois alors au milieu des autres enfants, chacun jouant de leur côté, leur différence est manifeste.
C’est évident, il n’a pas le même accueil que dans sa classe. Mais l’aura-t-il un jour ? Est-ce que l’enseignement spécialisé lui convient ? Mais aura-t-on le choix ?

Est-il choqué qu'on le laisse avec des enfants aux comportements "étranges" ? Pense-t-il qu'on l'assimile ?

Est-il en train de prendre conscience de sa différence ?

Ces questions me turlupinent. Ce matin, je ne suis pas bien.